QUATRIEME CONFERENCE INTERNATIONALE
DES MINISTRES ET HAUTS FONCTIONNAIRES
RESPONSABLES DE L’EDUCATION PHYSIQUE ET DU SPORT

MINEPS IV

Athènes, Grèce, 6-8 décembre 2004

DECLARATION D’ATHENES

    • Bâtir une société saine sur l’esprit sportif –

 

Nous, les ministres participant à la quatrième Conférence internationale de ministres et hauts fonctionnaires responsables de l’éducation physique et du sport (MINEPS IV) réunis du 6 au 8 décembre 2004 à Athènes, berceau de la civilisation, de la culture et du sport, terre natale des Jeux olympiques et de l’accord de paix le plus durable de l’histoire : la trêve olympique, et capitale des derniers Jeux olympiques et paralympiques,

Constatant que, alors que l’impact du sport n’a jamais été aussi important dans la société, les jeunes ont tendance à déconsidérer les valeurs qu’il véhicule, et qu’il est donc urgent d’agir afin que le public soit sensibilisé aux efforts pour rendre le sport plus honnête et proche des idéaux d’origine,

Réaffirmons notre conviction que le sport et l’éducation physique jouent un rôle primordial dans la société en contribuant à la cohésion nationale, en transcendant les préjugés et en exerçant une influence positive sur l’opinion publique par le partage des valeurs éthiques et universelles qu’ils véhiculent ;

Soulignons  l’importance de la contribution des rencontres internationales sportives au développement de l’amitié entre les peuples et de la solidarité internationale;

Rappelons que l’essor de l’éducation physique et du sport constitue l’un des moyens les plus efficaces d’améliorer notamment, la santé, l’hygiène, la prévention du VIH/SIDA, le bien-être général des populations et notamment des jeunes. Les activités physiques sont également un instrument indispensable dans la lutte contre les inégalités et les fléaux sociaux, tels que l’utilisation de drogues, qui affectent à des degrés divers l’ensemble des sociétés modernes ;

Rappelons en outre que l’adoption de la Charte internationale de l’éducation physique et du sport, de la Charte Olympique, du Code mondial antidopage, de la Convention du Conseil de l’Europe contre le dopage, de la Déclaration de Punta del Este (MINEPS III), de la Déclaration d’Athènes sur la femme et le sport (2001), du Communiqué de la Table ronde des ministres et hauts responsables de l’éducation physique et du sport (janvier 2003), des recommandations de plusieurs autres conférences internationales ayant pour thème le sport, et l’adoption de la Résolution A/RES/58/5 par l’Assemblée générale des Nations Unies le 3 novembre 2003, accueillie avec enthousiasme par les dirigeants de l’éducation physique et du sport, constituent les témoignages de la volonté manifestée par la communauté internationale d’universaliser davantage l’éducation physique et le sport et de promouvoir par tous les moyens la défense des principes énoncés dans ces documents. Ces engagements témoignent également de la volonté de la communauté internationale de poursuivre et d’intensifier les efforts visant à donner à l’éducation physique et au sport la place qui leur revient dans les systèmes éducatifs, dans l’utilisation du temps libre et dans l’organisation de nos sociétés ;

Condamnons fermement le dopage, la violence et les manifestations d’intolérance de la part de sportifs et de supporteurs et réaffirmons notre engagement face aux phénomènes qui altèrent les idéaux olympiques et les valeurs éducatives du sport ;

Nous les ministres, sommes déterminés et nous engageons sans délai au sein de nos gouvernements à :

  • mettre en œuvre des politiques cohérentes et prendre des mesures concrètes pour le développement de l’éducation physique et du sport conformément aux dispositions de l’Acte constitutif de l’UNESCO, aux principes de la Charte internationale de l’éducation physique et du sport et aux idéaux olympiques;
  • intensifier nos efforts pour accorder au sport un rôle plus important en tant que facteur d’épanouissement et de promotion des valeurs humaines et éthiques, de compréhension mutuelle et de rapprochement entre les peuples;
  • encourager les initiatives visant à promouvoir les idéaux de paix par le sport et sa contribution au respect des droits humains universels;
  • mobiliser les moyens et les ressources pour assurer la promotion effective de l’éducation physique et du sport en favorisant les initiatives de participation active aux niveaux local, régional et international dans un esprit de solidarité avec les pays en développement ;
  • soutenir l’extension et la promotion de la pratique des activités physiques et sportives des jeunes filles et des femmes et développer les coopérations multilatérales dans le but de promouvoir les projets « femmes et sport » et de renforcer ainsi la démocratie dans la société, en conformité avec la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes;
  • encourager la promotion et le développement des jeux et sports traditionnels par une Charte internationale en tant que composante du sport pour tous et expression d’un patrimoine culturel universel riche et divers;
  • développer des liens de coopération et de collaboration entre les activités physiques et le sport et les autres secteurs tels que la santé, l’environnement, la culture, le patrimoine et l’éducation afin de favoriser des initiatives communes et d’influencer les projets réglementaires et législatifs ;

 

Recommandons à toutes les instances gouvernementales, intergouvernementales, non gouvernementales, nationales, régionales et internationales de :

  • prendre des mesures d’urgence pour promouvoir le renforcement de l’enseignement de l’éducation physique et du sport afin d’exercer un meilleur impact sur le développement des hommes et des femmes de tous les pays ;
  • créer les conditions nécessaires à la promotion de l’accès à l’éducation physique et au sport dans le monde entier. Cet accès, qui contribue au droit de tout être humain à l’éducation, commence à l’école. Il convient par conséquent de réserver à l’éducation physique et au sport une part significative des horaires et du programme scolaires et de mettre à leur disposition un personnel qualifié ;
  • promouvoir le développement du sport pour tous qui doit devenir une tâche importante des organisations sportives tant gouvernementales que volontaires ;
  • prendre une part active, dans le cadre de leurs attributions et responsabilités respectives, à la lutte contre le dopage dans le sport et à l’instauration d’un système efficace de contrôle antidopage ;
  • résoudre la question du financement des programmes pour favoriser un développement harmonieux et équilibré des différentes formes d’activité physique et sportive ;
  • mettre en œuvre les engagements pris aux niveaux national et international en vue d’améliorer la place des femmes aux postes de responsabilité à tous les niveaux des instances sportives ;
  • faire de l’éducation physique et du sport un élément essentiel de la santé ;
  • promouvoir les échanges d’expériences et de meilleures pratiques par le biais de projets concrets et renforcer la coopération entre mouvements sportifs des pays développés et des pays en développement afin de réduire les écarts et les inégalités actuels ;
  • encourager au niveau national la coopération effective entre les autorités chargées de l’éducation et les autorités chargées du sport, en particulier dans les domaines de la formation des enseignants et de l’élaboration des programmes scolaires.

 

Appelons l’UNESCO à :

  • continuer son travail efficace, en tenant compte du soutien des Etats Membres, pour élaborer  et adopter  une convention internationale contre le dopage dans le sport en 2005, avant les Jeux olympiques d’hiver de  2006, et à en assurer l’administration ;
  • soutenir le développement holistique de l’éducation physique et  du sport, afin qu’ils constituent un élément important du système éducatif et à contribuer aux réformes éducatives pour une prise en compte plus significative de l’éducation physique et du sport au sein des programmes scolaires ;
  • plaçant l’éducation physique et le sport dans le contexte de la promotion de la qualité de l’éducation, inscrire à l’ordre du jour des conférences internationales et régionales de l’éducation des thèmes relatifs à la promotion et au développement de l’éducation physique et du sport ;
  • renforcer la coopération avec le Mouvement sportif international, ce qui témoignerait, au niveau international, de la convergence des préoccupations entre pouvoirs publics et organisations volontaires au service du développement de l’éducation physique et du sport à tous les niveaux et pour tous les âges;
  • utiliser toute son autorité pour aider à promouvoir et à mettre en valeur les jeux et sports traditionnels ;
  • orienter son programme afin de refléter pleinement les conclusions et recommandations de MINEPS IV et d’assurer leur mise en oeuvre conformément aux attentes des Etats membres.

 

Sollicitons la coopération active des Nations Unies, de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, des organisations internationales sportives volontaires et de toutes les autres institutions concernées, dans l’action que nous  mènerons ensemble dans le cadre de l’Année internationale du sport et de l’éducation physique, qui constituera une occasion exceptionnelle de créer un nouvel élan en faveur de la promotion et du développement de l’éducation physique et de la pratique sportive au sein de nos sociétés, et de contribuer ainsi à la paix dans le monde.

 

Adoptée à Athènes                                                     Le 8 décembre 2004